Grandes Cuisines - 121 - Octobre/Novembre/Décembre 2016

Charvet photos © Charvet

Charvet

Des prestations haut de gamme et sur mesure


Au service des collectivités et des restaurants les plus exigeants, Charvet a fait de l’excellence une marque de fabrique. Ce fabricant de cuisine presque centenaire associe aujourd’hui service haut de gamme et forte capacité d’adaptation. L’actuel président, Pierre-Alain Augagneur, nous dévoile quelques-uns des secrets du savoir-faire Charvet.

Charvet a vu le jour en 1934 au milieu des montagnes de la Chartreuse dans les Alpes. Fondée par Benoit Charvet, cette entreprise familiale a connu une histoire pour le moins mouvementée. Les deux fils héritiers ont repris la société ensemble en 1950 avant de se séparer 4 ans plus tard pour créer deux entités différentes : Paul Charvet à Charavines et Jean Charvet à Voiron. Deux entreprises empruntant des parcours indépendants qui sont donc devenues concurrentes. Chacune a développé ses propres particularités. Paul Charvet a su se faire un nom auprès de la restauration collective et commerciale, avec ses gammes de type modulaire. Jean Charvet avait une approche plus traditionaliste en tant que constructeur pour la restauration commerciale haut de gamme.  Dans les années 1980, Jean Charvet a été vendu à un autre groupe. En 1995, Paul Charvet est racheté par l’entreprise familiale Sofilac et deux ans plus tard, c’est Jean Charvet qui est acquis par cette même société. Les deux entités initiales ont alors été réunies tout en gardant leur particularité produit.

Des valeurs, un patrimoine et des hommes
Aujourd’hui, bien que l’entreprise compte près de 140 salariés, celle-ci se veut toujours être dans un esprit familial. « Depuis toutes ces années, on a essayé de garder nos valeurs patrimoniales et traditionnelles, à savoir de qualité, de robustesse, de facilité de maintenance et de nettoyage », explique Pierre-Alain Augagneur qui est à la tête du groupe depuis 2000. « On est aussi une entreprise qui respecte profondément les hommes, aussi bien nos salariés, que nos fournisseurs et nos concurrents. On respecte l’environnement en lui-même, mais aussi notre propre environnement, économique et social. » Charvet reste sur un chiffre d’affaires de 23,8 M€ en 2015 (11,5 M€ à lui seul), grâce à son association avec Ambassade de Bourgogne, contre 22,7 M€ en 2014 (10,8 M€ Charvet seul), soit + 5 %. À cela on peut ajouter environ 30 % de chiffre d’affaires supplémentaire réalisé à l’export. « La situation était un peu compliquée en 2008 suite à la crise économique, mais nous avons retrouvé le chemin de la croissance depuis. On reste sur une phase ascendante ces deux dernières années et les perspectives pour 2016 sont bonnes », indique le président de Charvet. En France, l’entreprise localisée en Isère travaille aujourd’hui à 60 % pour la collectivité et à 40 % pour la restauration commerciale.

Une forte capacité d’adaptation
Si la marque se positionne principalement sur le haut de gamme, celle-ci ne s’adresse pas exclusivement à la haute gastronomie. Pour Pierre-Alain Augagneur, « on peut trouver des amateurs de belles cuisines à des échelons plus bas. Notre gamme reste accessible à une clientèle qui a envie d’investir sur le long terme dans un produit de qualité ». Charvet propose plusieurs gammes modulaires 700, 800, 900 et 1000, mais aussi une gamme pour la restauration commerciale Extend et la gamme sur mesure Virtuose. « Notre offre est l’une des plus larges que l’on peut retrouver sur le marché. On est dans la grande tradition du sur mesure à la française. Les produits sont personnalisés à la demande du client. Certains fabricants ont tendance à appeler “sur mesure” du modulaire adapté. Nous discutons dans le détail avec nos clients pour concevoir des produits au centimètre près. C’est de la haute couture. » Qui plus est, l’offre modulaire de Charvet a elle aussi une très forte capacité de personnalisation. « On peut s’adapter très fortement aussi bien en termes de dimension que de finition. On apprécie beaucoup de le faire. Nos salariés ont une grande expérience et aiment relever ce genre de challenges. On est tout sauf une entreprise qui sort des boîtes ! », indique le président de Charvet. Sur les dernières années, l’entreprise a en outre développé 2 gammes complètes de nouveaux produits, dont un à l’international. « Apporter des améliorations produits tout en étant à l’écoute de nos clients installateurs et utilisateurs est essentiel. On tient compte bien volontiers de toutes les remarques et suggestions constructives », précise Pierre-Alain Augagneur.

Maintenir le cap pour mieux s’ouvrir
Pour le président de Charvet, le marché reste assez fluctuant ces dernières années, de fait il est assez difficile de prévoir les tendances à venir. « On passe d’une demande qualitative à moins qualitative. La demande varie en fonction des budgets des clients et des effets de mode. Il est donc très difficile de faire des prévisions et d’anticiper les attentes du client. » Pour autant, ce dernier constate que la clientèle de restaurant est de plus en plus sensible à la qualité de ce qui se trouve dans son assiette. « Cette tendance nous est favorable puisque nous proposons un matériel de haute précision permettant de viser l’excellence. » Charvet souhaite donc avant tout renforcer sa place, tout en s’ouvrant à quelques perspectives de progression. « On est aujourd’hui sur l’idée d’une croissance soutenable pour l’entreprise, régulière et raisonnable. Nous avons pour objectif un développement en France et à l’international, en ciblant des secteurs ou des zones où l’on peut agir en profondeur. Nous ne sommes pas sur des actions une fois de temps en temps, mais sur un travail de long terme. » Une volonté de s’implanter hors de l’hexagone, qui se traduit par la création en 2008 de France Kitchen, une filiale pour le développement en Afrique ou l’ouverture d’un bureau à Dubaï en 2015. Si l’entreprise familiale reste vigilante aux tendances et exigences du marché, celle-ci n’en fait pas un axe prioritaire. « Dans la réalité, la cuisine traditionnelle est toujours bien présente, on garde donc notre ligne directrice solide tout en restant ouverts sur l’extérieur. Ce qui nous intéresse le plus aujourd’hui, c’est de fabriquer des produits de qualité qui satisfont pleinement nos clients. Si nous remplissons ce contrat, nous avons un bel avenir devant nous », conclu Pierre-Alain Augagneur.

Julien Guibet


NEWSLETTER LeChef.com

Restez informé des dernières actualités !


Se connecter

>> Accès abonnés :

Mot de passe oublié ?

>> Inscription :

Sélectionnez votre installateur de cuisine professionnel